Sprachauswahl

JS FlexSlider

Quatuor Voce

Quatuor-Voce-8-par-Sophie-PawlakSarah Dayan
Cécile Roubin
Guillaume Becker
Lydia Shelley

« Un des meilleurs quatuors à cordes français que l’on ait entendu depuis longtemps

(…)
raffinement, caractère, écoute, complicité… »
Tully Potter, The Strad
En quelques années seulement, les Voce remportent de nombreux prix dans les concours
internationaux, à Genève, Crémone, Vienne, Bordeaux, Graz, Londres et Reggio Emilia. Ils
s’imposent sur les scènes du monde entier, en quatuor et aux côtés d'artistes comme Yuri Bashmet, Gary Hoffman, Nobuko Imai, Bertrand Chamayou, David Kadouch, Juliane Banse…

A l’initiative de la Cité de la Musique à Paris, le quatuor est nommé Rising Star pour la saison
2013-2014 par l'European Chamber Hall Organisation (ECHO).

Depuis ses débuts en 2004, le quatuor Voce s’attache à défendre le grand répertoire du quatuor àcordes, une ambition pour laquelle il sollicite les conseils de ses aînés (Quatuor Ysaÿe, Gu?nter
Pichler, Eberhard Feltz).
Son premier disque est consacré à Schubert, il se voit recommandé par le magazine The Strad etobtient les "ffff" de Télérama.

Ouverts au monde qui les entoure, les Voce créent régulièrement la musique de compositeurs
d'aujourd'hui - Bacri, Cresta, Finzi, Markéas, Mantovani, Moultaka, Looten... Leur curiosité les
amène à expérimenter différentes formes de spectacles : ils prêtent leur voix à des chefs-d’oeuvre du cinéma muet, de W. F. Murnau à B. Keaton, et partagent leur univers avec des personnalités aussi variées que le musicologue Bernard Fournier, le chanteur et guitariste -M-, la chanteuse canadienne Kyrie Kristmanson, ou le chorégraphe Thomas Lebrun.
Enfin, ils ont à coeur de transmettre leur expérience, en enseignant à de plus jeunes quatuors ou en encourageant la pratique amateur dans le cadre de stages.

Le Quatuor Voce a bénéficié depuis sa création de nombreux soutiens, parmi lesquels ProQuartet CEMC, le Théâtre de la Cité Internationale, la Fondation Banque Populaire, l'Académie Musicale de Villecroze, l'Institut Albéniz, la Fondation Charles Oulmont.

Sarah Dayan joue un violon de Stefano Scarampella (1888), Cécile Roubin un violon de Francis
Kuttner (2010), Guillaume Becker un alto d’Aymeric Guillard (2005) et Lydia Shelley un
violoncelle de Bernard Simon Fendt (1830).